Communauté Francophone du Canada

 

L'histoire de deux loups

L'histoire de Deux Loups

Un vieux Cherokee enseignait la philosophie de la vie à son petit-fils. «Il y a une lutte en moi», dit-il au garçon. «Il s’agit d’un combat terrible, entre deux loups. Un des loups est méchant: il est colère, envie, chagrin, regret, avidité, arrogance, apitoiement sur soi, culpabilité, ressentiment, infériorité, mensonges, orgueil, supériorité et égo».  Il poursuivit: «L'autre loup est bon: il est joie, paix, amour, espoir, sérénité, humilité, bonté, bienveillance, empathie, générosité, vérité, compassion et foi. La même lutte se déroule en toi, et en chaque individu».

 Le petit-fils y réfléchit pendant une minute, puis demanda à son grand-père: «Lequel des loups gagnera?»

 Le vieux Cherokee répondit simplement : «Celui que tu nourris».

Parabole Amérindienne

 

Que vous ayez déjà entendu cette histoire ou non, elle est un précieux rappel  du pouvoir  de nos expériences et de nos émotions.

Dans des situations éprouvantes que nous rencontrons au cours de notre vie, il est facile de se victimiser. Nous essayons de justifier nos pensées, nos sentiments et nos expériences négatives. Ainsi, nous rejetons la faute sur d'autres personnes, ou sur des choses ou des événements. Nous cherchons en dehors de nous à comprendre ce qui se passe en fait dans notre for intérieur. Nous le faisons tout le temps. Pourquoi? C'est un moyen simple de s’ajuster, de se sentir plus en sécurité dans les situations incontrôlables.

Cette approche a le désavantage de nous soustraire de notre propre responsabilité et de notre libre arbitre. Lorsque nous nous efforçons de contrôler une situation en reportant  la faute aux autres, nous nous dépouillons en fait de tout pouvoir. Ce pouvoir est perdu dès que nous nous rendons dépendants des autres personnes ou des choses afin de nous sentir mieux. Que ce sentiment soit positif ou négatif, nous ne sommes plus maîtres de nos émotions ou de nos expériences.

En utilisant notre libre arbitre, nous prenons une décision qui change notre vie, celle de savoir lequel des loups nous voulons nourrir. Choisissons-nous d'alimenter le loup qui se nourrit de colère, d'envie, de tristesse, de regret, d'avidité, d'arrogance, etc.? Ce méchant loup est aussi notre critique intérieur qui nous dit que nous sommes un échec. C'est ce même loup qui nous dit que personne ne nous aimera ou ne nous comprendra pour ce que nous sommes vraiment. Il se nourrit de notre dépression, de notre anxiété et de notre manque d'estime de soi. S’agit-il de ce loup que nous voulons nourrir? Lui avons-nous déjà accordé un tel festin?

Lorsque nous lui couperons les vivres, nous aurons fait le choix d'utiliser notre énergie et nos ressources sur des pensées, des sentiments et des émotions qui seront  bénéfiques à notre bien-être. Ainsi, nous pouvons identifier les émotions négatives qui se manifestent en nous, sans pour autant les nourrir ou y prêter attention. En demeurant maître de soi, nous signalons au méchant loup que nous ne sommes pas intéressés à lui fournir sa nourriture. Bien que cela lui prenne un certain temps pour perdre sa force et son pouvoir, le loup finira par abandonner et s'en aller, tout comme nos pensées et nos émotions négatives. Privées de nourriture, elles finiront par disparaître.

Alors, qu'en est-il de l'autre loup, le bon loup? Il n'est absolument pas en mesure de se nourrir tout seul. Notre libre arbitre nous permet de prendre la décision de nourrir le loup de joie, de paix, d'amour, d'espoir, de sérénité, d'humilité, de bonté, etc. 

Souvent, nous nous tournons vers l'extérieur, vers des personnes ou des objets, pour notre épanouissement et notre bonheur. Nous nous attendons à ce que ces choses - un nouvel emploi, une nouvelle relation, des vacances somptueuses, une toute nouvelle paire de chaussures, un verre de vin - nous procurent les sentiments que nous recherchons. Même si chacune de ces choses peut apporter une satisfaction temporaire, il devient difficile, et même fatal, de maintenir cette illusion à long terme.

Le bonheur ne dépend pas des circonstances particulières, c'est un état d'être. Le bonheur véritable et durable découle de la prise de conscience que nous sommes des êtres entiers et que dans notre cœur, nous sommes des êtres éternels. Nous serons pleinement accomplis lorsque, en tant qu’êtres humains dotés d'une âme, nous serons unis à l'âme-esprit et que nous pourrons travailler à partir de cette nouvelle création pour servir la volonté divine. Notre contact avec le divin à travers notre sanctuaire du cœur nous aide en réalité à nous voir plus lucidement de manière à pouvoir faire les choix nécessaires pour alimenter le bon loup et affamer le mauvais. Dans ce processus, nous sommes soutenus par la Gnose que nous avons invitée dans notre vie et dans notre cœur,  surtout lorsque nous faisons l'effort de maintenir ce lien au quotidien.  

Une fois que le méchant loup sera mort de faim, nous serons désormais libres de concentrer notre énergie sur l'établissement d'un contact positif et durable avec notre sanctuaire du cœur afin de devenir des êtres porteurs d'une âme renouvelée. 

Nous devons juste choisir lequel des loups nourrir.

Vos amis du Lectorium Rosicrucianum